Archives mensuelles : mai 2014

OUVREZ LES YEUX

Je m’adresse ici à mes compatriotes qui ont, hier, apporté leurs suffrages à la formation politique « Front National »; je le fais avec l’esprit ouvert et la main tendue. Vous êtes 4 700 000 français et ce très grand nombre indique que vous devez être entendus et votre colère comprise. Il ne me parait pas juste de vous ranger tous dans la même catégorie et de m’indigner en vous stigmatisant et en vous culpabilisant pour avoir donné votre vote à une formation d’extrême droite. Pas tous parce que je n’éprouve pas la même mansuétude envers les dirigeants de ce parti qui, justement, sont des adversaires de notre République, notre République qui ne connait que le bien commun et doit protéger tous ses enfants. Ce que vit notre pays aimé, la France, n’est pas seulement un ébranlement politique mais surtout une crise morale, d’une telle ampleur que vous, qui êtes majoritairement jeunes et issus des classes populaires, soit l’avenir et la force de notre pays, avez été trompés par ces marchands d’illusion. Examinons ensemble quelques points et peut être pourrai-je vous convaincre, ou certains d’entre vous, que vous avez été induits en erreur:

1° Le programme: Croyez vous vraiment que sortir de l’euro, puis de l’Europe va aider notre économie dans un monde mondialisé, que cela nous plaise ou non? Pensez vous que la fermeture de nos frontières serait sans conséquences, par réciprocité, pour nos exportations? Souhaitez vous que l’image de la France dans le monde soit celle d’un pays aigri, enfermé en lui même, solitaire et réactionnaire? Ne préférez vous pas qu’elle demeure, malgré nos difficultés actuelles, celle des Lumières, de la Révolution, des Droits de l’Homme et de la Marseillaise? Enfin avez vous trouvé des éléments de programme constructifs et sérieux dans l’argumentaire du Front National sur le plan économique, social, culturel, en matière d’emploi, de retraites, de prestations sociales, de relance?

2° La liberté: L’Etat français de Pétain, qui abolit la République, c’était il y a moins de trois quarts de siècle, peu après Hitler, Mussolini, Franco, Salazar pour demeurer en Europe; les colonels grecs il y a un demi siècle, comme la tentative avortée de coup d’Etat en France par l’armée (le putsch des généraux). La liberté n’est pas acquise une fois pour toutes et les libertés sont toujours à conquérir, maintenir et défendre. Précisément la vigueur de la République dans notre patrie et la cohérence de l’Union Européenne sur notre continent sont ses plus fidèles et efficaces protecteurs. Par son refus généralisé (non à l’Europe, non à l’euro, non à la globalisation, non aux travailleurs étrangers, non à la différence, non à la culture) le Front National est un ennemi de la liberté; c’est aussi un parti raciste (Jean Marie Le Pen, le 20 mai dernier à propos de la démographie en Afrique: » Monseigneur Ebola peut régler ça en trois mois ») et antisémite: la formation UKIP, antieuropéenne et nationaliste, qui vient de l’emporter en Grande Bretagne, ne veut pas s’allier au FN « qui a l’antisémitisme dans son ADN »; par contre le F.N. cherche un accord avec Aube dorée le parti néo nazi grec pour former un groupe au parlement européen. Ouvrez les yeux, chers compatriotes, excédés certes: ce parti est dangereux. Il se présente aujourd’hui sous d’aimables apparences, la dédiabolisation a fait son oeuvre, tout est lisse, propre et rassurant. Mais ce n’est qu’une façade, un masque pour vous séduire, pour s’emparer de votre désarroi et de vos inquiétudes en les canalisant vers ce pari « viril », nationaliste, expéditif, dont les cadres laissent régulièrement échapper quelques horreurs mal contrôlées. Et soyez en certains: ce parti totalitaire, comme tous ses pareils, quand ils ont pris le pouvoir, ils ne le rendent pas, ils le gardent. Même aujourd’hui, en 2014, vous pouvez le vérifier dans de nombreux pays d’Asie, d’Europe de l’est, d’Afrique, d’Amérique du sud, j’en oublie certainement. Vous comme moi souhaitons pouvoir exprimer librement notre opinion par la parole, l’écrit, le vote, voulons nous réunir quand et où bon nous semble, bénéficier d’une information objective et plurielle. La dictature balaie aussitôt ces libertés fondamentales. A l’inverse rappelons nous Voltaire à qui est attribuée l’affirmation suivante, peut être apocryphe: » Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire ». Je préfère Voltaire à Marine Le Pen.

3° La paix: Jamais dans son histoire notre continent (ou plus exactement la partie de notre continent qui constitue l’Union Européenne) n’a connu une aussi longue période (70 ans) sans conflit armé. A elle seule une telle continuité est sans prix et mérite tous les efforts, j’ose dire tous les sacrifices. Je garde en moi les souvenirs de nos villes bombardées, de notre peuple, pendant la débâcle, par millions sur nos routes, de la famine, de la torture, des exécutions sommaires, du martyre des résistants de la liberté; les plus jeunes peuvent voir ces images, cette fois ci actuelles, dans de nombreux pays qui subissent aujourd’hui les malheurs de la guerre à quelques heures d’avion de Paris. Les grandes puissances européennes ont posé les armes, fondé la réconciliation et bâti la plus gigantesque construction politique et économique de l’histoire (près de 30 nations chacune conservant sa constitution, presque autant de langues) sans tirer un coup de feu. « Le bonheur est une idée neuve en Europe » voulait croire Saint Just quand les armées de la Révolution portaient partout les oriflammes de la liberté; c’était présomptueux. Par contre « la paix est une idée neuve en Europe » est une réalité observable chaque matin et chaque soir. Mais attention! Le système ne tient que parce que nous sommes tous membres de l’Union Européenne qui nous réunit et nous solidarise. Regardons à l’Est, depuis la dissolution, pour autant bienvenue en ce qui concerne l’épouvantable dictature, de l’URSS: en quelques années les guerres reviennent en Tchétchénie, puis Géorgie, maintenant Ukraine et déchirent les citoyens d’une même région, les voisins d’un même village, les membres d’une même famille. Voulons nous cela en détruisant l’Europe au motif de certaines difficultés ou imperfections? « Plus jamais la guerre, plus jamais la guerre », disait Jean Paul II.

4° Le mensonge: vous, électeurs du Front National, vous n’êtes pas les riches, vous n’êtes pas les personnes âgées, vous êtes le peuple et vous êtes la jeunesse, donc des forces vives. Vous êtes exaspérés de pas trouver d’emploi ou de logement, de vivre avec des rémunérations ou des assistances insuffisantes, de constater que les systèmes de santé ou d’éducation, pourtant parmi les meilleurs du monde, deviennent moins performants et parfois fonctionnent à deux vitesses, que les services de police et de justice, comme notre armée, subissent les conséquences des politiques d’austérité. Qui pourrait vous donner tort?
Mais en même temps pensez vous vraiment que le Front National au pouvoir pourrait miraculeusement effacer notre dette colossale (creusée depuis des décennies), donner du travail à chacun, augmenter les salaires, les retraites, bâtir des villes…? La famille France est endettée, elle doit rembourser ses crédits, comme toute famille, sinon tout ce qu’elle gagne, en effort et en productivité, ne servira qu’à payer les intérêts de cette dette indéfiniment.
Vous avez absolument le droit de vous insurger contre les conditions qui vous sont faites et je comprends, même si je ne peux l’approuver, votre vote. Mais ne vous trompez pas: le Front National n’est pas l’ami du peuple ou de la jeunesse, simples cautions pour accéder au pouvoir et s’y maintenir. Au mépris de ses discours de campagne il est l’allié du grand capitalisme financier et de l’ultralibéralisme. Il est le partisan de la force et de l’autoritarisme qu’il commencerait à exercer contre vous justement parce que vous êtes le peuple et la jeunesse. Si il y parvenait il gouvernerait par la peur, la xénophobie, la violence (cf. son service d’ordre), le rejet des différences d’opinions, de religions, de couleur, d’orientation sexuelle, voire de handicap, visible ou pas. Etes vous sûr de ne pas, un jour, subir un accident de la vie, un handicap et de ne pas devenir à votre tour victime de ces politiques d’exclusion?

Ouvrez les yeux: ces gens, les meneurs de ce parti, sont des imposteurs. Ils sont ennemis de l’Europe et s’y font élire mais n’y travaillent pas; désormais nombreux ils prétendent la bloquer, ce qui traduit une profonde incompétence et ignorance du fonctionnement de ces institutions; ils feront au mieux de la figuration agitée et brouillonne. Ils ont volé votre bulletin, et je ne mets aucunement en doute votre sincérité; je dis simplement que, au fond de vous même, vous n’avez pas voté pour qu’ils gouvernent, mais parce que tous les autres vous ont déçus. Si par malheur ils parvenaient au pouvoir vous feriez vite partie des déçus du F.N., avant d’en être les victimes. Le F.N. au pouvoir signifie le retour de la propagande, la flatterie des mauvais instincts, le culte de l’ostracisme, une aventure mortelle pour les droits humains.

J’aime la France, viscéralement, à la fois la Mère Patrie, la fille de la Révolution et l’inspiratrice de la Déclaration des Droits de l’Homme. Je suis un patriote, de coeur et de raison. Mais je ne suis pas nationaliste, parce que le nationalisme, tôt ou tard c’est la guerre. Et pour cette raison je mesure que l’Europe est l’avenir commun de l’ouest de notre continent, l’avenir de nos enfants, petits enfants et arrière petits enfants. Que pèseraient la France, ou l’Allemagne, ou l’Espagne, seules dans vingt ans quand les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du sud) auront achevé leur processus d’émergence? Rien, des puissances tout juste moyennes, et incapables de protéger leurs populations des folies de l’histoire..

Ce n’est pas tout: je n’aime pas la peur, je n’aime pas être gouverné par la peur. Le F.N. fonctionne sur la peur, par la peur, avec la peur. Peur de l’autre, peur de l’étranger, peur du nouveau, peur de la différence, peur de l’opposition, et plus que tout peur de l’avenir.

Peur de l’étranger? Il ne faut pas éviter le sujet dont je sais qu’il vous inquiète. Je consulte donc longuement et précisément les statistiques de l’INSEE et constate, non sans étonnement, que le nombre d’immigrés et d’étrangers, exprimés en pourcentage de la population globale, n’a pratiquement pas évolué depuis 40 ans, autour de 13 à 14 % traduisant une stabilisation dans les flux migratoires. Il est comparable à celui observé dans les grandes économies occidentales. Etonnement de ma part parce que ce n’est pas ce que donnent à voir les rues de nos villages et de nos villes. C’est oublier que les populations que nous sommes allé chercher, au temps des « trente glorieuses », pour faire fonctionner nos mines, nos usines, construire nos routes et nos ponts se sont établies, ont fondé famille et que nous en sommes à la troisième génération, qui connait aussi les difficultés quotidiennes de tous les français. Faut-il renvoyer ces compatriotes? Et où? C’est inhumain et impensable. De plus sommes nous assurés, chacun de nous, de ne pas être un descendant, parfois lointain, d’un de ces immigrés qui ont fondé le peuple français, à travers les siècles? Il ne fallait donc pas en faire un argument de propagande. Et pas davantage de l’affirmation que les immigrés pillent ou ruinent la France par le bénéfice des prestations sociales; c’est oublier qu’ils travaillent aussi et participent à l’équilibre par leurs cotisations. Au terme d’études sérieuses l’économiste Lionel Ragot publie un ouvrage en 2012 dans lequel il conclue: » la contribution aux budgets publics des immigrés est positive ».

Peur de l’avenir? Mais c’est une insulte au peuple, à la jeunesse. La France, c’est justement la foi en l’avenir. La France, c’est précisément la flamme de l’espérance. N’ayons pas peur, ayons confiance en nous.L’avenir, c’est nous qui le construisons et il ne peut s’édifier sur un repli égoïste, une vision étriquée, régressive et parfois négationniste de l’histoire, sur la phobie de la différence. C’est exactement le contraire: l’avenir sera celui de l’entraide, de la construction résolue d’une Europe des nations (dans un premier temps), de la complémentarité féconde de nos diversités, comme cela fut toujours le cas dans la longue histoire de notre pays. Roosevelt disait: « n’ayez peur que de la peur », je souhaite vous dire: »n’ayons peur que nous mêmes », des sombres instincts qui nous habitent tous, qui rodent en nous, et que nous devons tous apprendre à contrôler, maitriser et dépasser.
C’est un effort et un travail quotidien que de sublimer sa colère en solidarité, son désarroi en espérance . Cela porte le beau nom grave d’humanité qui ainsi nous unit, au dela de nos différences.

Persona 2: la vie, la mort, quelques réflexions

A l’ enfant qui interroge l’adulte sur la mort, à partir de six ou sept ans (période où le petit de l’homme parvient à conceptualiser l’idée de la mort sans recourir à une métaphore protectrice), la réponse la moins violente, la plus contenante et constructrice peut être: la mort est simplement la fin de la vie. L’enfant comprend aisément cette proposition dès lors que la disparition concerne un ainé, dans l’ordre logique et chronologique de la succession des âges et des générations.
Si cette succession n’est pas respectée l’enfant s’interroge sur l’irruption de cet imprévu, pour lui tragique, de cet événement que rien ne laissait prévoir. S’agirait-il d’un proche, plus encore d’un très proche (parent, frère ou soeur, ami d’enfance) l’incompréhension et la douleur de l’absence font cortège à l’inexplicable. Au pire, si le décès est consécutif à un suicide, l’enfant se trouve affronté à la conjonction terrible de l’inconcevable, de l’injustice et de l’impuissance.

C’est ainsi: la vie, parfois, tue. Et pas seulement par l’âge, la maladie ou l’accident.

Mais aussi la liberté s’insurge contre ce déterminisme qui voudrait que le corps biologique régle toutes choses de la vie et de sa fin. J’ai assez donné, si durement, si violemment souvent, aux obligations de la physiologie, de la sociologie de mes environnements et aussi des commandements inconscients ou préconscients de ma propre psychologie , que je peux revendiquer le droit à la rébellion. Le modèle bio-psycho-social prétend tout expliquer mais l’être humain n’est pas réductible à un modèle universel et une vie, construite mais aussi déconstruite, ne peut se résumer à quelques équations ou à de brillantes interprétations algorithmiques. Tout de que j’ai vécu, voulu, parfois subi, souvent récusé mais aussi imposé refuse définitivement cette aliénation scientiste, tout autant que ma conviction athéiste exclut les consolations et illusions religieuses.

Peut être n’ai-je pas pu, ou su, toujours choisir le chemins de ma vie, parce que la névrose, parce que le contexte social et plus récemment parce que les les limites du corps. Mais enfin je ne vais pas m’incliner, au crépuscule, et attendre passivement que s’ordonnent, ou se désordonnent, les vicissitudes de la mort. Le droit à mourir dans la dignité est désormais présent dans les consciences avant de le devenir dans les constitutions. Ceux qui l’exercent, ou l’exerceront, feront progresser cette liberté ultime: si je n’ai pas pu toujours choisir ma vie, je garde le droit de décider de ma mort, de son moment et de ses modalités, aussi longtemps que ma lucidité me le permettra. Dans l’absolu respect et protection de celles et ceux qui me sont chers et que je veux préserver des douleurs inutiles.

Comprends moi bien, toi qui me lis, te révoltes ou approuves: ce que j’écris, ce que je vis et ce que je transmets n’est rien d’autre qu’un hymne à la vie, à la vie vivante et non à la vie artificiellement maintenue dès lors qu’elle se trouve en fait absente. Moi Persona j’aime, goûte, vis la vie dans toutes ses dimensions et je persisterai aussi longtemps que cela sera possible. Mais je ferai tout pour que la décision ultime soit prise par moi et non par des médecins incarcérés dans leur déontologie, si éloignée encore d’une éthique, ou par les êtres chers emprisonnés par la douleur de l’amour de celui qui s’éloigne.

Entends moi bien, moi qui te parle, qui fut enfant et qui souhaite être entendu par les enfants, quels que soient leurs âges: j’aime si fort la vie que je ne supporterai pas de dépendre de quiconque autre que moi pour décider qu’elle n’est plus aimable et que le terme est venu. Ceci n’est pas un testament, l’heure n’en est point venue et pour longtemps, je l’espère et le crois, mais une prise de position. Persona se met en règle avec soi même, sans inquiétude, bien sereinement, pour que les longues années, très longues plausiblement, à venir soient balisées et aimables à parcourir avec toutes celles et tous ceux que j’aime.

Persona 1

J’ai choisi de me nommer « Persona » en référence au masque porté par les acteurs de théâtre, avec la double fonction de donner au comédien l’apparence du personnage interprété et de permettre à sa voix de porter suffisamment loin (per sonare: parler à travers). Mais je sais aussi que le masque dissimule et occulte autant qu’il dévoile et révèle, et que l’acoustique demeure toujours un art incertain, en dépit du miracle d’Epidaure.

D’un autre point de vue, depuis Jung, ce terme désigne ce qui, dans la personnalité de chacun, organise son rapport au socius, son effort pour tenir le rôle social qui est attendu de lui, au fond un masque social; comme le faux self de Winnicott ou, pour revenir au théâtre, comme le personnage de Lorenzaccio, ou au cinéma, le Persona de Bergman.

Ces ambiguïtés de signification, dont chacun pourra établir sa propre herméneutique, offrent ainsi à Persona l’espace de liberté indispensable à son expression sans entrave.

Annonces pour d’éventuels lecteurs

Comme le veut l’usage vous trouverez ici quelques articles, dits de fond, je l’espère documentés et réfléchis, mais aussi des incises plus immédiates et réactives. Donc:

1° Par souci exigeant de la libre expression j’ai décidé ce créer un avatar que je nomme PERSONA. Il pourra exposer, formuler, témoigner, présenter révéler ce que bon lui semble, sans contrôle ou censure de ma part. Il n’engagera que lui dans ses apparitions sur ce bloc-notes, toutes introduites par le patronyme fictif que je lui ai attribué.

2° De mon coté je souhaite pouvoir m’exprimer, promptement et brièvement, sur ce que j’éprouve intimement ou réagir aux vagues qui agitent le monde, ou à l’écume qu’elles font naître. Ces « articles » apparaitront comme: Notules H.S.

3°Enfin, au point (juin 2015) où je me trouve de mon parcours humain, je souhaite nourrir ce bloc notes de textes antérieurs, anciens ou plus récents, déjà publiés ou restés dans mes archives, comme autant de jalons , repères, ponctuations. Ces « papiers » ne seront pas présentés dans l’ordre chronologiques de leur rédaction ou de leur publication et apparaîtront comme:  Balises H.S.

Les éléphants, la vie, la mort et moi

Je dois à Michel Foucault, dont le cours au Collège de France sur Subjectivité et Vérité (1980-1981) vient d’être enfin publié, quelques découvertes savoureuses dans la littérature sur l’éléphant comme modèle et blason de la bonne conduite conjugale.

Dans son « Introduction à la vie dévote » François de Sales écrit ainsi: « L’éléphant n’est évidemment qu’une grosse bête, mais c’est la plus digne qui vive sur la terre et l’une de celles qui ont le plus de sens. Je veux dire un trait de son honnêteté. L’éléphant ne change jamais de femelle et aime tendrement celle qu’il a choisie, avec laquelle cependant il ne parie que de trois ans en trois ans, et cela pour cinq jours seulement et si secrètement que jamais il n’est vu en cet acte. Je l’ai bien vu pourtant le sixième jour, jour auquel avant toute chose il va droit à quelque rivière, en laquelle il se lave entièrement tout le corps, sans vouloir aucunement retourner au troupeau avant qu’il ne soit purifié. Ne sont-ce pas de belles et honnêtes humeurs de la part d’un tel animal? » A quelques nuances près, Aristote, Pline et, plus proche de nous, Buffon confirment ces édifiantes descriptions du comportement sexuel de l’éléphant en sa majesté.

Pour parler en vérité je ne suis pas assuré que mon affectueuse inclination pour les éléphants trouve sa source dans ces conduites d’abstinence pluri annuelle et de fidélité éternelle. Je dois plutôt chercher dans le si beau roman de Romain Gary, Les racines du ciel, les fondements de cet attachement d’une vie entière, encore aujourd’hui (et aussi dans sa Lettre à l’éléphant). Pour moi, comme pour Gary, les éléphants depuis toujours poursuivis, traqués et finalement abattus pour la viande, l’ivoire et enfin pour le plaisir de rapporter un trophée, représentent la dernière innocence de l’homme. Ce n’est pas un hasard si dans les camps de concentration, certains prisonniers habitaient leur liberté en imaginant les puissants troupeaux d’éléphants traversant, dans leur puissance infinie, les sombres nuages de poussière qu’ils soulevaient, les trépidations de tremblement de terre, et le bruit assourdissant du tonnerre les plaines de l’Afrique. Eux, les concentrationnaires, enfermés, vivaient ainsi des images de leur liberté perdue et espérée, dans la liberté vivante et irrésistible des troupeaux d’élégants, icônes de la liberté libre. « Unstoppable » me disait un pisteur du parc Kruger, en parlant de ses amis éléphants quand quiconque voulait entraver leur liberté.
Mais aussi des éléphants nous connaissons la sagesse et la mémoire. Au moment de quitter le laboratoire de recherche que j’avais, avec quelques autres, créé puis dirigé pendant tant d’années, je rapportais à mes collègues et aux jeunes chercheurs doctorants, le conte africain suivant:

« Savane sèche ; lumière crue saturée de chaleur ; troupeaux d’éléphants, en surnombre et en quête de nourriture, destruction de cultures humaines. C’était dans les années 1980, au parc Kruger, en Afrique du Sud. Pour ces éléphants la mort menaçait dans la poussière d’un été ne connaissant pas de répit.
L’instinct de préservation de l’espèce, immémorial, qui habitait ces éléphants, avait indiqué jusque-là aux vieux mâles dominants de se regrouper près d’oasis dont ils connaissaient la présence, pour s’y être abreuvés, éléphanteaux, titubant entre les pattes de leurs mères. De ces lointaines fêtes de boue et d’aspersion joyeuse, salvatrice, ils nourrissaient leur mémoire, leurs mémoires d’éléphants.
Mais le soleil implacable frappait aussi la terre des hommes, leurs illusions de grandeur, leur bonne conscience et leurs tentations. Puisque la famine allait décimer les troupeaux
ils se devaient de sauver l’espèce, de préserver l’avenir, d’intervenir avec leur intelligence, toute neuve, de l’Afrique. Peut-être aussi y avait-il quelque intérêt à se séparer des plus nobles animaux, les anciens dont les longues défenses d’ivoire lisse promettaient de substantielles transactions…
Ainsi les hommes, canons huilés, gâchettes prêtes, autorisés par une prétendue nécessité exterminèrent, avec le calme froid de l’acier et la jubilation du meurtre, les plus vieux, les plus beaux des éléphants, cuir épais et trompes lasses, pattes usées d’avoir mené leurs troupes de sécheresse en oasis. Ils les tuèrent pour que les plus jeunes puissent se nourrir et qu’il était jugé, par les troupeaux d’humains, que leur temps était venu.
Mais le soleil dévastateur maintenant sa puissance de feu, les jeunes éléphants paniqués, démunis, désorganisés s’agitaient, barrissant dans la sécheresse de l’aube au crépuscule. Le troupeau chancelait, vulnérable, fragilisé, désorienté. Et les hommes, devant la menace de la mort généralisée, demeuraient sans voix ni voies.
Ce fut une tribu nomade de Kikuyus, au langage cliqué et au sourire entendu, qui rapporta aux régulateurs qu’en supprimant les vieux éléphants, ils venaient de mutiler la mémoire du troupeau. La mémoire des points d’eau. La mémoire de la vie.
Qu’ils avaient réduit à néant une culture, une histoire, individuelle et collective. Et que la maladie de la mort serait leur ultime signature ».

Naturellement les jeunes chercheurs furent sensibles au message symbolique mais mes collègues et donc successeurs n’en tinrent aucun compte, comme il était prévisible, s’empressant de démembrer ce qu’un travail de tant d’années avait construit, au nom de l’ordre nouveau.

Ce nouvel ordre du monde, inscrit dans une mutation planétaire dévastatrice, ne connait que le quantitatif, l’évaluable, le simple, le visible, le consommable, le rentable , le rapide, le matériel.
Pour moi les éléphants décimés, massacrés, représentent à l’évidence tout ce qui est désormais menacé d’extinction, au nom d’un « progrès » universel qui ignore l’histoire des peuples comme celle des individus, croit que les moyens de transport des humains comme des marchandises suppriment la géographie, obéit à une nouvelle religion, celle de l’évidence, et a créé un nouveau dieu: l’efficacité au service du profit. Je dis que l’assassinat des éléphants, ou d’autre espèces sauvages et libres, n’est pas sans lien avec les guerres ethniques et religieuses qui ensanglantent le monde (tout en préservant fallacieusement les grandes puissances). Je dis aussi que la seule recherche du lucre tue ce qui est l’essence même de l’humanité, soit la liberté et la beauté. Je dis encore que ce matérialisme intégral et intégriste qui traque l’inutile (selon le système) finira enfin par nier la place essentielle de l’homme lui même, supplanté par les robots qu’il aura créé pour le soulager et qui le domineront, car l’intelligence artificielle ne connait pas de limites, à la différence du cerveau humain. A quelques anachronismes près, l’humanité n’a plus besoin de monstres tératologiques (Staline, Hitler, Mao…), pour se suicider, chacun de ses membres y contribuant à sa manière.

Mais je ne peux m’empêcher de demeurer un humaniste optimiste, au nom de la vie et de la capacité infinie de résistance et de créativité de l’humain. Si nous le voulons.Et je le veux.
Voila pourquoi j’aime les éléphants symboles de la résistance à la soumission et à la servitude.
Voila pourquoi j’aime le vivant, parce que la vie aussi refuse l’asservissement et l’esclavage.
Un homme, récemment disparu, a illustré au zénith de l’humanité ces capacités de résistance, de résilience et de résurgence: il s’appelle, pour toujours, Nelson Mandela.
Plus qu’une administration de la preuve de ce que je soutiens de l’expérience d’une vie, j’ai plaisir à partager avec vous quelques citations de deux grands poètes et grands résistants aussi:
« Le vrai courage, c’est, au-dedans de soi, de ne pas céder, ne pas plier, ne pas renoncer. Être le grain de sable que les plus lourds engins, écrasant tout sur leur passage, ne réussissent pas à briser »
« Il y a des moments où l’on comprend que la vie n’est elle-même que si quelque chose dépasse ce qu’on appelle simplement vivre »
Jean-Pierre Vernant

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil »
« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront »
René Char

EX ABRUPTO

Il faut bien commencer.
Mais comment continuer sans céder au narcissisme voire à l’exhibitionnisme ni se limiter à l’anecdote ou au commentaire? Le style, sans doute, mais pour moi, pourtant si attentif à la beauté de la langue, il ne saurait l’emporter sur le contenu, même si je n’ignore pas que le fond et la forme entretiennent d’étranges échanges de subversion et de fertilisation réciproques . Cette tentation de l’écriture, parfois urgente nécessité, parfois brulante passion, souvent muette, m’accompagne depuis longtemps mais ne se traduit que par de courts textes, souvent en voyage, qui décrivent mes découvertes et ce qu’elles m’enseignent. Ou d’autres, souvent légers, parfois ombreux, qui disent mes humeurs. J’aimerais avoir le détachement de Montaigne qui de son quotidien tira une musique et aades philosophies.
Au fond je ne sais pas trop ce qui me démange, quel est ce prurit et où s’inscrirait une éventuelle utilité. S’agirait-il d’une activité auto érotique sans autre finalité que de satisfaire cet autre vice impuni: l’écriture ( Valery Larbaud désignait ainsi la lecture)?
Peu me chaud finalement. Il me plait de laisser les mots venir (parfois avant la réflexion qu’ils précédent et éclairent), de croiser les inventions synaptiques cérébrales avec les merveilles de la pensée raisonnée, de marier intuitions et démonstration, poésie si j’y parviens et cybernétique. Cette nouvelle machine est l’occasion de me mettre au travail. L’écriture requiert un travail, le travail de l’écriture (n’est-ce pas cher Garcia Marquez oeuvrant toujours dans votre bleu d’ouvrier?) comme la maternité, ou le deuil, ou le transport amoureux, ou le suprême travail de la pensée. Oui vraiment il le faut pour ne pas sombrer dans la banalité ridicule d’une fin de vie, dans les plaintes de ce qui est progressivement retiré ou l’indifférence glacée d’un détachement sénile.
Mais aussi la vie est là, qui habite mon corps, occupe mes pensées, enchante mes émotions, conduit mes actes; je souhaite en témoigner, non par optimisme béat mais par la force même de son souffle qui transcende les misères de ce corps, la part obscure de ces pensées, la mélancolie de certaines émotions et les limites que le temps fixe à ces actes. La vie, oui la vie qu’il me revient de faire belle, qui ne le sera que si je le veux, encore et encore, la vie ces moments merveilleux…dont la mort n’est jamais que la fin inéluctable.

J’avais souhaité commencer ces écritures le 1er mai, symboliquement, en souvenir des combats sanglants, en particulier à Chicago (1886) et à Fourmies, dans le nord de la France (1891), pour obtenir des conditions de travail décentes et par la suite instaurer une fête du travail, ou mieux, des travailleurs, le 1er Mai. Cette date est désormais célébrée dans le monde entier.
Mais quelques difficultés techniques ont retardé de quelques jours la mise en route de ce « blog », que j’aime autant nommer bloc-notes, en amour de la langue française, dans lequel je m’exprimerai à l’occasion et selon l’humeur; j’insérerai aussi des textes déjà écrits mais publiés dans des livres, revues ou journaux mais que je considère comme toujours actuels.

Pour commencer voici un papier publié dans Le Monde, il y a quelques années, au début de la « crise » qui n’est toujours pas achevée:

L’AVENIR D’UNE DESILLUSION :

« Nous vivons une bien étrange époque et découvrons avec surprise que le progrès a conclu un pacte avec la barbarie »
Sigmund Freud

Un monde défunt accouche douloureusement d’un monde en devenir. Le séisme financier, économique, social et peut-être politique fait vaciller la planète et menace l’identité psychique de chacun d’entre nous.

Le monde dans lequel nous vivons encore s’éloigne de l’humain : pensées orientées, émotions dénaturées, termes des échanges falsifiés, vision purement quantitative du développement, création de maladies de civilisation et de néo besoins, expulsion politique de la figure de l’étranger, ségrégation sociale des égarés de la maladie physique ou psychique, exportations des conflits sur les terres les plus démunies, manipulation de l’idéal démocratique à travers une opinion publique modelée par les puissances d’argent.

Quel est donc l’impact de ces mutations du monde global sur la structuration individuelle du sujet, des spasmes actuels de l’ultra libéralisme et de la technologisation des échanges sur le psychisme humain et son identité ? Privé de ses repères, l’homme post-moderne, anonyme, interchangeable et solitaire, manque d’une organisation interne robuste et durable ; sans identifications il ne peut y avoir de construction durable de l’identité. Si je ne peux me bâtir au sein d’une réalité qui tout à la fois se dérobe et m’échappe, je ne suis pas en mesure d’en saisir le principe et de me l’approprier ; il ne me reste que le plaisir, la jouissance illusoire, dangereuse, mortelle du « tout, tout de suite » si bien exploitée par les techniques marchandes et la virtualisation des transactions. Une société qui réduit l’esprit à la matière, qui traite les sujets comme des objets négociables, le désir comme un besoin, ne peut que renvoyer chacun à sa part obscure et dissimulée, au négatif qui nous habite tous.

Du coté des puissants de ce monde en défaillance la crise peut se lire comme la résultante de profonds mouvements régressifs :
- l’avidité orale d’abord, la cupidité inassouvissable, « greed », la rapacité insatiable, le besoin de tout prendre, à tout prix, de tout avoir sans limites, dans la servitude toxicomaniaque au principe de plaisir, une fuite sans fin ;
- -la rétention anale ensuite, l’exigence de tout garder, de ne rien restituer, de conserver à son seul usage les richesses ainsi accumulées et les pouvoirs qu’elles procurent, dans l’asservissement passif aux reliquats de la mégalomanie infantile : maîtriser, contrôler le monde, exercer cyniquement, voire sadiquement une emprise sur l’autre.

Mais pour les peuples et les personnes, quel sera l’avenir de ces désillusions, de ces malgouvernances qui sont des maltraitances d’Etat ? Cette banqueroute systémique ne peut conduire, dans un premier temps, qu’à plus d’exclusions (par le nombre d’exclus et par la violence de ces mouvements de rejets) et à des modes de fonctionnements psychiques, individuels et collectifs, plus régressifs, plus dépressifs, plus agressifs ; le monde, anxieux, souffre et peut ne pas cesser de souffrir.

Plus régressifs : après cette religion mondiale qui magnifiait le quantitatif, l’évaluable, le simple, le visible, le consommable, le rentable, le rapide, le matériel, pour tout dire l’objet au détriment du sujet, la phobie d’un avenir incertain et imprévisible renvoie à un passé plus lisible, au « bon vieux temps », à un monde ancien moins incertain, plus simple et plus réel.
Plus dépressifs : la décroissance sociale, le déclin économique, outre qu’ils nourrissent les angoisses à la fois réelles (l’emploi, le logement, la santé) et archaïques (le sentiment d’être seul au monde, sans secours ni recours, le retour à la détresse originelle) sont vécus comme autant de rabaissements humiliants, de blessures narcissiques conduisant à la dépressivité.
Plus agressifs : il n’est pas d’explosif plus dangereux que l’alliage de l’injustice et de l’impuissance, les politiques ne devraient pas l’oublier. Sont ainsi réactivés les pulsions les plus archaïques, les instincts les plus primitifs ; la peur de l’avenir, pour soi, pour ses enfants induit des attitudes frileuses, anxieuses mais aussi furieuses : la recherche d’une autorité qui restaurera le narcissisme et garantira un ordre, même au détriment des libertés fondamentales. Les raisins de la colère peuvent dévaster les sociétés les plus cultivées et structurées, l’histoire n’a cessé d’en témoigner.

Mais la crise n’est pas que Thanatos, c’est aussi une chance. La crise, le conflit sont consubstantiellement liés à la vie, à Eros. Il y a là une occasion unique pour désincarcérer le monde du modèle monstrueux dans lequel nous vivons encore : mensonger, absurde, factice et artificiel, truqué et hypocrite. Un monde où l’homme est réduit à un misérable petit tas de neurones, à une alchimie d’acides aminés ou à d’improbables circuits bio électriques. Un monde où le sujet, fils du siècle des Lumières, serait réduit au statut de variable d’ajustement, mesurable et mesuré, formaté et prédictible, et s’effacerait au profit de l’homme comportemental et neuro-économique. Un monde où l’Esprit s’incline devant l’imposture d’une pensée dominante marquée par le conservatisme, le scientisme, la marchandisation de la personne, soit une véritable forfaiture. La crise peut ainsi conduire à un mouvement naturel de libération à condition que les plus résilients d’entre nous évitent la maladie de la crise, la crise malade d’elle-même, en la pensant, en l’élaborant, en nous offrant l’opportunité de bâtir un monde neuf et propre.

Il faut revenir aux fondamentaux qui ont pour noms : l’homme, ses origines, son destin, sa finitude, la dérisoire précarité de sa traversée en même temps que la certitude de son sens. L’homme comme totalité, voire comme totalité infinie et non comme une multiplicité d’états détachables et soumis à des manipulations de circonstance. L’homme, par nature unique, indivisible et irréductible à tout modèle totalisant, l’homme qui veut ne pas subir, qui sait dire non et demeurer un pousseur inlassable de rochers, mais cette fois ci jusqu’au sommet de la montagne, pour mieux découvrir les autres chaînes qu’elle masquait, en éternel amoureux de la liberté et de la beauté, comme principes et volontés.

Henri Sztulman

Le Monde, 28/02/2009